Des modèles symétriques dans des coupes asymétriques

Des collections intemporelles vivantes et colorées.

Slak se distingue par le mélange de textures, de superpositions et de transparences. Des vêtements ajustés qui harmonisent des coupes féminines.

Mélanie Duhaime, la designer, a été formée à Québec dans une petite école privée, l’école Châtelaine qui n’existe plus aujourd’hui. Elle a créé sa ligne directement après son école, car elle voulait être indépendante rapidement. Son plus grand défi a été d’allier la création de sa ligne et le fait d’avoir des enfants en même temps. Elle a fait le choix de faire des enfants jeunes tout en se mettant à son compte et cela été un grand défi familial et professionnel.

Ses matières de prédilection sont des matières extensibles. Elle ne travaille que ça, car cela est varié : tindex, coton, polyester, rayonne… Même si elle essaie de ne pas trop utiliser de la rayonne car très polluant.

Elle prend son inspiration de partout, dans la rue, une femme qui l’inspire, et elle l’imagine dans tel vêtement. Son inspiration est large, elle s’inspire de tout et du moment présent. Elle aime s’amuser avec les contrastes, la contradiction, et toujours avec un souci de l’environnement.

Le syndrome de la page blanche peut lui arriver comme tout le monde. Mélanie est la designer et elle travaille avec 2 assistantes, elles sont très proches et les collections se font à 3 ! Elle travaille en équipe, si un blanc persiste, elles discutent toutes les 3, elles échangent et quelque chose en ressort toujours.

 

Montréalité.

salk_montreal_lecmm

La piste cyclable des carrières qui longe la voie ferrée est un endroit cher à Mélanie, car il y a différents types de personnes, différents paysages, différents arrières d’usine, pleins de graffitis, “tu peux t’asseoir, aller sur des roches, c’est un endroit très hétéroclite”.

Les personnes publiques ne l’inspirent pas forcément, ce sont les femmes au sens large qui l’intéresse. Cela peut être des amies, des femmes qui l’entourent, une femme de la rue…

Pour elle, Montréal, c’est la diversité, la variété, la couleur, l’action, les contrastes, le style, le nightlife, le mélange d’or et d’affaires… ses modèles sont les montréalais… Pas une chose en particulier, mais LE Montréal.

Inspiration.

Ses inspirations pour sa prochaine collection plongent dans les années 60 avec une touche de modernité. Une robe lorraine avec une ligne A, un petit boléro un peu court qui fait très années 60. Même les noms sont inspirés de femmes de ces années-là. Elle a opté pour la simplicité de ses modèles en lien avec la rentabilité ( au vu des dernières années difficiles) , pour toucher le plus de femmes possible. Il n’y aura pas de défilé pour lancer cette collection, mais cela sera annoncé sur la page Facebook de la marque, vers la miseptembre 2015.

Dans un futur proche et idéal…

Mélanie affectionne un projet qui serait un atelier boutique roulant un peu comme les foodtrucks, ou une sorte d’atelier de formation roulante, pour les gens de la rue, moins fortunés, car elle aime aider les autres. Cela lui permettrait d’aller vers les gens plutôt qu’eux viennent à elle.

La musique punk rock est son créneau, elle souhaiterait faire une collaboration avec une icône rock underground. Du même style que Peaches, quelqu’un d’un peu fou, un peu énervé… Ou comme le groupe rock de Montréal les chelseas, très underground.

Pour en savoir plus, suivez ce lien.